lundi 20 avril 2015

Notre philosophie d’allocation d’actifs


Notre philosophie d’allocation d’actifs


Protéger votre patrimoine tout en lui donnant l'occasion de croître, au mieux du couple risque/rendement que vous aurez choisi.

Voici de façon très résumée notre philosophie qui guide nos recommandations en termes de placements financiers.

 Battre les indices ? Etre les meilleurs, toujours ? Changer, trop souvent, de cap ? Suivre les modes ? Aujourd'hui ceci, demain cela et puis on revient à hier ?

Tout cela n'est pas très convaincant.

Au travers des 3 portefeuilles que nous vous proposons, nous avons choisi un élément déterminant : la récurrence du résultat en fonction du profil que vous aurez choisi.

En effet il nous semble préférable d'adopter une stratégie régulièrement profitable, même si celle-ci doit abandonner un peu de performance en période globalement favorable mais qui à l'inverse saura protéger le patrimoine en cas de conditions adverses.

Comment tenter atteindre cet ambitieux objectif ? Même si selon l'expression consacrée «  les résultats passés ne sont pas un indicateur fiable des performances futures » il nous semble que l'observation des résultats est riche d'enseignement.

Ceux qui ont su, sur la durée,  protéger le capital en période de baisse tout en accompagnant significativement les périodes de hausses, voici les gérants qui ont retenus notre attention et qui mérite la vôtre.

Seule la conviction d'avoir choisi pour vous  les meilleurs gestionnaires   au sein des établissements les plus reconnus guident nos recommandations.


Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.





Reporting Mars 2015



Pause

Le Premier trimestre 2015 s’achève sur un rythme beaucoup plus calme que celui enregistré pendant les mois de Janvier et Février. Comme nous l’avions évoqué lors de notre compte rendu précèdent les marchés actions ont éprouvé un sain besoin de souffler après les très fortes hausses engrangées par les indices.

En Europe, les marchés auront évolués dans des bornes relativement étroites avec une légère tendance haussière ce qui aura eu pour conséquence de ramener la volatilité proches de ses plus bas récents.

L’un des points marquants du mois écoulé,  même si il n’a eu pour l’instant que peu d’impact sur les marchés, est la disparition du fameux mot de « patience » évoqué régulièrement et depuis des années par la Réserve Fédérale américaine. Comment interpréter ce virage sémantique a été la question qui a agité l’univers des analystes et commentateurs, sans pour autant qu’ils puissent y apporter une réponse claire. Un indice, tout de même, Mme Janet Yellen avant d’être la présidente de la Fed est une économiste et universitaire reconnue et l’on sait le rôle prépondérant qu’elle accorde à la situation de l’emploi dans ses analyse et donc dans ses décisions. Les chiffres du chômage mais aussi l’évolution des salaires aux Etats Unis seront certainement les statistiques à venir les plus soigneusement scrutées par les observateurs.

En Europe la situation n’a guère changé, La conjonction exceptionnelle du contrechoc pétrolier, de la dépréciation de l’Euro et d’un stimulus monétaire pro-cyclique sans précédent en Europe sont, après avoir été de puissants facteurs de hausse, désormais, à notre sens,  autant de remparts à une baisse significative et durable. Seul un mouvement de hausse significatif amorcé outre atlantique sur les taux (et/ou effet géo politique) serait susceptible de venir contredire un environnement que nous jugeons toujours favorable aux actions et plus particulièrement aux actions européennes.

Nos portefeuilles se sont comportés de façon conforme à leurs objectifs respectifs et nous ne  procédons à aucun arbitrage ce mois-ci. Néanmoins nous surveillons avec attention le comportement des fonds M&G Optimal Income et R Euro Crédit Eur dont les performances s’écartent un peu de leur historique, si cela devait durer davantage nous envisagerions de les arbitrer au profit d’autres véhicules d’investissements similaires.
 

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.


 





































































































































































































57,76%